Je vole

 

Je vois de ma fenêtre

Une image apparaître

Une ombre qu’on maltraite

Un fantôme ou un spectre

Je sens comme un mal être

Comme une envie suspecte

 

Les papillons s’envolent

Les grues deviennent folles

Je n’sens plus mes guibolles

Ma tour perd le contrôle

Pas sûr que je décolle

J’vais me crasher au sol

J’veux pas faire le mariole

J’ai rien qui se recolle

Allez tant-pis, je m’envole

 

Je m’envole…

 

je vole… je vole… je vole…

 

Mes amis trop petits

Ne sont plus mes amis

Les oiseaux crient bravo

Mais j’ai perdu mon chapeau

Un corbeau me lance

Enfin quelle indécence,

Quelle triste inconscience

Humain veuillez descendre !

 

Je vole… Je vole….. Je vole….

 

 

Au-dessus des vallées

Le vol me fait planer

Je n’ai rien à cacher

Je suis la liberté

Où je suis, pas de guerre

De misère ou de cancer

Mais de jolies lumières

Qui éclairent la terre

 

« Tout est rempli de tout »

Me dit un vieux hibou

J’aperçois un papou

Et je lui fais coucou

Il me prend pour un fou

Je lui dis « pas du tout »

Et je me pose… à ses genoux.